HSBC Paris Sevens : La fête au Village

Le

La fête a battu son plein durant toute la première journée du HSBC Paris Sevens 2017. Sur le terrain bien sûr, avec du rugby à gogo, mais en dehors du stade aussi, grâce au Village animations.

C’était une première à Paris. Contraint, l’année dernière, à fêter le retour du 7 dans la seule enceinte du stade Jean-Bouin - les footballeurs du PSG jouant en soirée au Parc des Princes -, le public parisien du Sevens a cette fois bénéficié du Village animations.

Réservé aux titulaires de billets, il suscitait tout autant l’intérêt des badauds ou curieux, tenaillés par l’envie d’y goûter, interloqués sûrement par la file d’attente, parfois longue même aux heures de pointe. Sécurité oblige, on a filtré savamment les entrées, mais à voir les sourires béats des plus petits, et parfois même aussi des plus grands, on serait cru devant la caverne d’Ali Baba.

Des ateliers techniques aux stands photos en passant par l’incontournable food truck, il y avait en effet de quoi faire. On a bourdonné au cœur de la ruche, mais au hit-parade de la fréquentation, la prime est incontestablement revenue au point rencontre proposé par France 2023. On faisait même la queue pour parapher, digitalement, son soutien à l’événement, et pas seulement les Français même, trop heureux de repartir en prime avec bracelet ou badge à l’effigie de la Coupe du Monde. Ca promet.

Gros buzz aussi pour les plus jeunes sur l’aire de jeu en gazon synthétique ou au spectaculaire atelier ‘’réception de ballon’’, capable de provoquer aussi bien les rires que les applaudissements. « Et on a le droit de jouer nous aussi ? » s’est exclamé un Schtroumpf à l’adresse de deux ‘’tortues ninja’’… Et oui, au Sevens, on ose tout, même si certains ont préféré rester raccord avec le thème du Paris Sevens version paillettes, glamour et festif, en préférant arborer le chapeau haut de forme pour les hommes ou l’écharpe froufrou pour les femmes. Mais tant qu’on fait la fête, tout est permis au royaume du Paris Sevens.