L'Angleterre remporte son deuxième tournoi de la saison

Le

Quelle finale ! Si Rosko Specman ne s'était pas blessé à la jambe alors qu'il filait vers un essai certain, l'Angleterre aurait-elle gagné la Cup ? Nul ne le saura jamais. Ce qui est sûr, c'est que l'équipe de Simon Amor a su se mobiliser pour remporter son deuxième tournoi de la saison après celui du Cap.

Une brèche ouverte par Rosko Specman et voilà Siviwe Soyizwapi qui marque à moins d'une minute du coup d'envoi (7-0). La finale commence fort. Les deux équipes y mettent énormément de rythme. Les Anglais ont du mal à trouver les failles et il faut attendre la dernière seconde de la première période pour voir une occasioin se concrétiser avec Richard de Carpentier qui, lancé, est plaqué par Specman. Mais l'Anglais se relève et aplatit pour décrocher le nul à la pause (7-7).

A la reprise, les Anglais passent la première et multiplient les combinaisons. Face aux poteaux, Dan Bribby arrive, chassé par deux Sud-Africains. Il donne un coup de pied à suivre, enclenche la deuxième et plonge dans l'en-but. L'Angleterre passe devant (7-14). Une minute après, rebelote, cette fois avec Dan Norton qui marque en bout de ligne son 244e essai, à égalité avec le Kényan Collins Injera au tableau des meilleurs marqueurs d'essais de tous les temps. Le score en restera sur ce 7-19.

DEMI-FINALES

Après avoir sorti le Canada (36-7) en quart de finale, l'Afrique du Sud devait affronter les USA en demi-finale, vainqueurs de l'Argentine (14-12). C'est lors de ce match-ci que Danny Barrett a été exclu pour trois matches suite à un carton jaune.

Dans un premier temps, cette absence n'a pas empêché Iosefa d'ouvrir le score. Mais avant la pause, l'Afrique du Sud inverse la tendance avec un essai de Snyman validé par Afrika. Malgré la puissance de Durutalo au début de la seconde période, il ne faudra que quelques secondes à Rosko Specman pour reprendre de l'avance (14-10). Quatre points à rattraper. Les Américains mettent les bouchées doubles et se mobilisent. La sirène retentit dans un BC Place plein à craquer. Durutalo se jette dans l'en-but, mais Werner Kok fait écran (14-10). L'Afrique du Sud se dirige vers sa 6e finale depuis le début de la saison...

Deuxième demi-finale entre l'Angleterre et les Fidji. L'incroyable Dan Norton ouvre la marque puis la double quelques instants plus tard. Ce doublé ajouté à un essai de Phil Burgess permet à l'Angleterre de mener confortablement à la pause face à des Fidjiens privés de ballon. Dan Bibby, Tom Mitchell puis Tom Bowen alourdissent la note et sans Kolinisau, les Fidjiens seraient repartis bredouille (40-7).

C'est donc un troisième duel entre l'Afrique du Sud et l'Angleterre depuis le début de la saison – après le Cap et Sydney - qui s'annonçait dans le stade fermé du BC Place à Vancouver face à une foule de supporteurs dense.

LES FIDJI EN BRONZE

Le match pour la médaille de bronze entre les USA et les Fidji a débuté par une partie de ping-pong entre Waisea Nacuqu et Perry Baker. Seul Ravouvou, qui a réussi sa transformation, donne l'avantage aux Fidji. Samisoni Viriviri inscrit ensuite son 118e essai sur le circuit face à un public chauffé à bloc (5-14). Moins d'une minute après, Perry Baker reçoit une standing ovation du BC Place en passant son 100e essai après une folle course. Il est, derrière Zack Test, le meilleur marqueur de tous les temps des USA (12-14).

Bien servi par Dakuwaqa, Vatemo Ravouvou plonge littéralement dans l'en-but américain pour donner de l'air aux Fidji (12-21) au début de la deuxième période. Une avance qui ne semblait pas inquiéter les Américains. La preuve avec Maka Unufe qui profite d'un beau mouvement entamé par Baker pour remonter à deux points (19-21). Mais un instant plus tard, Unufe fait l'erreur du match en offrant à Setareki Bituniyata un ballon transmis par le capitaine Madison Hughes. Le Fidjien fait parler la poudre et file à l'essai (19-28).

Maka a l'occasion de se racheter à quelques secondes de la fin de la rencontre en aplatissant. Le score est réduit de quatre points (24-28). Les Fidji ne prennent pas de risque. Ils veulent leur médaille de bronze. Le score en reste là.

LE RENOUVEAU POUR LES SAMOA DE GORDON TIETJENS

En Trophy, après l'élimination de la France et de la Russie (par le Chili, puis le Japon où elle n'a pu marquer le moindre point !), restaient en lice le Kenya face aux Samoa et le vaillant Chili contre le Pays de Galles.

Après avoir éliminé la France, les Samoa se sont montrés très fort face au Kenya grâce à un premier essai de Alex Samoa, puis un doublé de Joe Pérez qui faisait ses débuts sur le circuit. Avec un seul essai (Oliech), le Kenya ne parvient pas à tenir la distance et c'est un Gordon Tietjens rassuré sur son potentiel de gagneur qui salue la victoire de son équipe (7-26).

Pour le match suivant, le rêve chilien allait-il se poursuivre ? Si Julio Blanc inscrit son premier essai pour porter le Chili en tête à la pause, les Gallois vont vite faire preuve de réalisme en suivant les Lloyd Evans et Luke Morgan, mettant 14 points dans la vue des Sud-Américains. La finale du Trophy se jouera donc entre les Samoa et les Gallois.

A la pause, les deux équipes se valent et le tableau d'affichage indique 7 partout. Mais peu de temps après la reprise, le ballon rebondit plusieurs fois en faveur des Samoa, ce qui permet à Leilual de marquer. Adam Thomas inscrit son deuxième but avant que Cory Allen, fraîchement entré sur le terrain, ne scelle le score 12-19 et ne donne le Trophy au Pays de Galles. « Le défi était d'abord de se réveiller aujourd'hui, montrer quelle était la vraie personnalité des gars et que le groupe était très soudé », confiait Adam Thomas à l'issue de la rencontre. Le Pays de Galles n'aura perdu qu'un seul de ses six matches ; le premier contre les Fidji.

LA FRANCE PERD UNE PLACE AU CLASSEMENT

Encore un tournoi à oublier pour l'équipe de France. Après un décevant Las Vegas, Vancouver ne s'est pas mieux présenté avec une seule victoire en cinq matches ; c'était contre le Japon le premier jour. Le lendemain, les déconvenues se sont accumulées. D'abord face aux Samoa où les coéquipiers de Terry Bouhraoua perdent dans les prolongations 21-26, puis contre les Ecossais qui, malgré un doublé de Barraque et un dernier essai de Candelon, l'emportent 28-21).

Au final, la France bascule à la 11e position du classement mondial.

LIRE LA SUITE